Le kasàlà : pratiquez l’autolouange

par | 28 avril 2022 | Blog

Le kasàlà est un art oral, sous forme de poésie, qui célèbre à la fois l’autre et celui qui le récite. Il s’agit d’une invitation à prendre soin de son âme, à élever sa confiance en soi et à développer son esprit d’émerveillement et sa reconnaissance, en pratiquant l’auto-louange.
Cet exercice est un véritable apprentissage pour toutes les personnes en quête de développement personnel.

Découvrez son histoire, son objectif et sa pratique, afin d’essayer par vous-même cette méthode impressionnante.

D’où vient la méthode du kasàlà ?

Pendant plusieurs années, les occidentaux se sont inspirés des rituels de développement personnel connus en Amérique du Nord ou en Asie. En quête de sagesse spirituelle, ils ont, au fil du temps, élargi leur culture et se sont tournés, entre autres, vers les chamans toltèques et hawaïens.

Parmis ces nouvelles pratiques venues d’ailleurs, on retrouve le kasàlà. Cette célébration ou auto-célébration est utilisée depuis des millénaires sur le continent africain.

Jean Kabuta a été le premier à enseigner cet exercice en dehors de l’Afrique. Belge d’adoption et originaire du Congo, cet ancien professeur de littérature décrit cette pratique comme étant un poème-récit proclamant les louanges d’autrui ou de soi-même, en public.

En Afrique, ces poésies étaient traditionnellement composées, avant ou après la guerre, pour couronner un chef, accueillir un hôte ou pendant des mariages et des funérailles. Quoi qu’il en soit, leur but était de célébrer la vie en faisant l’éloge de la beauté intérieure d’un être, avec l’énumération de ses qualités et de ses singularités.

En 1995, Jean Kabuta débute l’animation d’ateliers sur cette méthode et se rend compte de la puissance transformatrice qu’elle dégage. Les participants, plus réceptifs face à la beauté de la vie, le clament : l’estime de soi est renforcée et la sensibilité est affûtée.

Il existe différents genres de cette pratique : le kasàlà de soi, de l’autre, de l’auto-dérision et de l’ennemi.

Cet exercice ne se comprend pas uniquement de façon intellectuelle, c’est en le récitant ou en l’écoutant que vous pouvez vous faire une idée véritable de sa signification.

Quel est l’objectif de cette technique ?

Quel est l'objectif de cette technique Kasàlà?

Cette méthode permet de mieux admettre la dignité et la singularité d’autrui. Elle donne lieu à un dépassement des relations, qui sont en général basées sur la comparaison et sur la compétition, et fait naître ainsi la complémentarité et la coopération. C’est d’ailleurs pourquoi cet exercice est au programme scolaire de l’Université de psychosociologie du Québec et qu’il est enseigné au sein de plusieurs entreprises et établissements scolaires du Canada et de la Belgique.

Cet art oratoire est également une initiation vers l’expérimentation du développement collectif et personnel. Il est, par sa célébration de la vie, une école où l’être devient conscient de toutes ses dimensions. L’homme est ainsi initié, à la fois à l’art d’être humain, mais aussi à quelque chose de plus important que lui-même.

Cette philosophie peut être pratiquée lors d’un événement particulier et dans un environnement scolaire ou professionnel. L’objectif premier étant d’accepter intégralement chaque face de son être.

Quoi qu’il en soit, certaines règles traditionnelles doivent être respectées :

  • Le récit se fait obligatoirement en présence d’au minimum une personne, même dans le cadre d’une auto-louange.
  • De plus, ce procédé doit se faire debout, avec une voix claire et forte, un regard droit et un débit relativement rapide. Pour mettre en place une rythmique, les phrases doivent être de longueur égale et courtes.
  • Des figures de style, telles que la métaphore, l’ellipse et l’allusion y sont présentes et le maniement de l’humour également. Le récit doit puiser son inspiration dans la nature, pour la création de symboles, comme : “Toi, Noah, fort comme un chêne”.

Comment écrire un Kasàlà ?

Comment écrire un Kasàlà ?

Découvrez comment procéder selon la méthode visée.

👉 Pour l’auto-louange

Selon le proverbe zoulou : L’homme est l’homme à travers l’autre.

Ce qui signifie que le “je”, employé dans cet exercice, est inclusif et qu’il va au-delà du cadre de l’être en lui-même.

Ce récit vous permet d’exister et de vous affirmer en tant que sujet, de vous caractériser avec audace en employant des “Je” et “Moi” et de vous reconnaître en vous définissant devant autrui et en énumérant votre propre nom.

Équipez-vous d’un stylo et d’une feuille de papier :

  • Commencez votre poème en énonçant vos prénoms, noms et surnoms, si vous en avez. Vous avez, au choix, différentes formules, choisissez celle qui vous convient le mieux :
    • “Je suis”,
    • “Je m’appelle”,
    • “Moi”,
    • ou encore “Me voici”

 

  • Poursuivez par l’énumération de certaines de vos qualités morales et physiques, que vous vous attribuez, des plus grandes aux plus modestes.  Si cela est difficile pour vous, rappelez-vous des différents compliments que l’on vous fait régulièrement. Ces qualités peuvent être :
    • la loyauté,
    • la douceur,
    • la patience,
    • la tonicité,
    • l’agilité
    • ou encore la force.

 

  • Ajoutez également les talents que les autres vous reconnaissent, comme : le fait de savoir :
    • danser,
    • chanter,
    • dessiner,
    • peindre…

  • Ecrivez votre récit en utilisant des métaphores liées à la nature. Poétisez le plus possible votre auto portrait.

Pour finir, invitez une ou plusieurs personnes, en qui vous avez confiance, à vous écouter réciter votre auto-louange. Regardez-les droit dans les yeux.

Pour finir, invitez une ou plusieurs personnes, en qui vous avez confiance, à vous écouter réciter votre auto-louange. Regardez-les droit dans les yeux.

Voici un exemple pour vous aider à y voir plus clair :

« Me voici, Noah, ami loyal. Fort comme la montagne, je puise mon courage dans la confiance de mes parents. Tel un cheval au galop, je cours vite. Comme la forêt qui s’éveille, je suis calme.».

👉 Pour la louange de l’autre

Ce récit nécessite une collecte, faite au préalable, pour obtenir une multitude d’informations sur la personne que vous souhaitez louanger. Il vous faudra connaître :

  • ses noms et surnoms,
  • sa date et son lieu de naissance,
  • les noms de ses amis,
  • sa généalogie,
  • ses qualités morales et physiques,
  • ses forces et ses faiblesses,
  • son parcours,
  • ses talents,
  • ses valeurs,
  • des anecdotes à son propos.

Ce n’est qu’une fois tous ces éléments en votre possession que vous pourrez débuter la rédaction du poème. 

Ce dernier prend vie par l’énumération de ses différents noms, avec, au choix, différentes formules comme : “Tu es”, “Toi”, “Nous rendons hommage à”, “Mon récit célèbre” ou encore “On te nomme”.

Poursuivez avec l’énonciation de ses qualités physiques et morales, ses forces et ses faiblesses, ses rêves et ses valeurs. Vous pouvez aussi enrichir votre texte avec des anecdotes, qu’elles soient joyeuses ou tristes, elles apporteront de l’émotion au récit.

Voici un exemple pour vous aider à y voir plus clair :

« Moi, Noah, ton ami loyal, fort comme la montagne, je me tiens devant toi. On te nomme Sabrina, mère louve et amie douce… ».

Ces récits impressionnent par leur force et leur vérité. La pratique de cette méthode de développement personnel est un véritable apprentissage de l’authenticité et de l’humilité. En récitant votre texte devant un public, vous laissez l’autre voir au plus profond de vous-même et cela crée un sentiment puissant d’unité et une grande complicité.

Cette pratique vous propulse au-delà de vous-même et vous transforme. Vous vous déployez et vous révélez à vous-même, comme à autrui. Cela vous permet, d’autre part, de rendre hommage à votre histoire et de l’inscrire au sein d’une histoire collective plus importante, en la liant à celle des autres. Très formateur, l’exercice est une voie de connaissance.

Avec toute ma gratitude et mon Âmour.

Noël

PS : Comment trouvez-vous cette méthode du Kasàlà ? est-ce qu’elle a été facile à mettre en place pour vous ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article.

 

0 commentaires

Vous avez une question

  • Noël, Maître Enseignant Reiki
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Suivez-moi

Articles récents

Share This